fbpx

Le Plan Epargne Retraite (PER) : Faut-il souscrire ?

PER - Plan Epargne Retraite : Faut-il souscrire ?
Sommaire de l'article

Depuis le 1 er octobre 2019, les épargnants ont la possibilité de souscrire au Plan épargne retraite (PER).

 Il faut d’ores et déjà souligner que le PER remplace et unifie tous les dispositifs d’épargne retraite existants :  le Plan épargne retraite populaire, le contrat Madelin, les contrats article 83.

Le PER permet de se constituer une retraite complémentaire. Le fonctionnement est le même qu’une assurance vie dans le sens où différents fonds seront logés dans cette enveloppe à savoir des fonds euros et des unités de compte (actions, obligations, immobilier). La quasi-totalité des PER commercialisés nécessitent un ticket d’entrée à partir de 500 euros et un versement programmé mensuel de 50 euros. Attention toutefois aux plafonds d’investissement : il n’est pas possible de déduire la totalité des sommes versées. En effet, il faut respecter le plafond annuel de la sécurité sociale (PASS) qui est de 41 136 euros. Cela signifie que si vos revenus de l’année précédente sont inférieurs au PASS, vous pouvez déduire jusqu’à 10 % de ce dernier. En revanche, si vos revenus dépassent le PASS, la déduction maximale sera de 10 % des revenus dans la limite de huit plafonds du PASS.  

Tous les mercredis, recevez toute l’actualité et les meilleures opportunités d’investissement sur les marchés financiers et les cryptomonnaies

Quelles sont les nouveautés du Plan Epargne Retraite (PER) ?

Premièrement soulignons qu’un nouveau cas de déblocage anticipé apparaît : il s’agit de l’achat de la résidence principale et le deuxième avantage est que le souscripteur pourra récupérer l’intégralité de la somme en capital et non plus seulement en rente.

Abordons maintenant les avantages de ce produit d’investissement.

Il s’agit d’un placement voué à produire des intérêts et réduire le revenu imposable ce qui automatiquement réduira l’impôt sur le revenu final à payer. Le montant à déduire est calculé en fonction de la tranche marginale d’imposition du souscripteur à savoir 11%, 30 %, 41 % et enfin 45%. Par exemple, un contribuable souhaite déposer 5000 euros sur son PER. Sa tranche marginale d’imposition est à 30%.  Le calcul est le suivant : 5000 x 0,3 =1500. Il obtient donc une réduction d’impôt de 1500 euros. Il est toutefois possible d’investir dans le PER sans jouer la carte de la défiscalisation, afin de ne pas être imposé à la sortie sur les sommes retirées correspondant aux versements.

Comment fonctionne le Plan Epargne Retraite (PER) ?

Sauf mention contraire du gestionnaire, l’épargne versée dans un PER fait l’objet d’une gestion pilotée, et donc diversifiée dans différents marchés financiers. Cette part de diversification dépend de l’âge prévu pour le départ en retraite et il faut savoir que l’assureur fait des arbitrages de moins en moins risqués au fur et à mesure que l’âge de la retraite arrive.

Le PER bénéficie, comme l’assurance vie, d’avantage sous forme d’exonérations de droits de succession, si vous décédez alors que toute l’épargne n’a pas été consommée (ou transformée en rente viagère). Ces avantages sont toutefois bien inférieurs à ceux de l’assurance vie, car ils sont conditionnés par l’âge du décès, et non par celui que vous aviez lors des versements. Pour une disparition avant 70 ans, vos bénéficiaires auront droit à un abattement de 152 500 euros chacun, mais si le décès intervient après 70 ans ( le cas le plus probable), cet abattement sera réduit à 30 500 euros.

Il existe quelques situations permettant de récupérer les sommes versées avant le départ en retraite : achat de la résidence principale, décès du conjoint ou partenaire de PACS, invalidité du titulaire, de ses enfants, de son conjoint ou partenaire, fin de droit aux allocations chômage, surendettement.

L’imposition à la sortie du Plan Epargne Retraite (PER)

L’imposition sera fonction du mode de sortie.

Si vous sortez en rente : celle-ci sera taxée à l’impôt sur le revenu (dans la catégorie pensions et rentes) et bénéficie à ce titre d’un abattement plafonné de 10 %.

La rente est également soumise aux prélèvements sociaux, mais après un abattement de 30 à 70 % qui dépend de votre âge lors de la sortie en rente. Ainsi seule une partie de la rente viagère est imposée aux prélèvements sociaux.

Si vous sorte du plan en capital : la fiscalité appliquée est différente sur la part du rachat liée à vos versements et celle liée aux gains réalisés. La part du retrait issue des versements ne sera soumise qu’au barème de l’impôt sur le revenu. La fiscalité applicable sur la valorisation du contrat est soumise au prélèvement forfaitaire unique de 30 % composé des prélèvements sociaux (17,2 %) et 12, 8 % d’imposition.

Qui a intérêt à souscrire à ce placement ?

Le PER est un produit destiné avant tout aux gros contribuables. En effet, la déduction des revenus imposables est d’autant plus significative que la tranche d’impôt est élevée. Au-dessous de la tranche à 30% (soit dans la tranche à 11%), la faible économie d’impôt ne justifie pas le blocage des capitaux jusqu’à la retraite. De plus, les sommes défiscalisées à l’entrée étant imposables à la sortie, le seul gain fiscal possible découle d’une baisse d’imposition à la retraite.

Les sommes récupérées à la retraite s’ajouteront à l’ensemble de vos revenus imposables, et risquent de faire grimper l’impôt dans des tranches marginales élevées. C’est pourquoi il sera fortement déconseillé de sortir du PER en une seule fois- sauf pour des montant faibles-et de privilégier des retraits étalés au fil du temps.

Les quinquagénaires sont la cible prioritaire dans la mesure où il s’agit d’un produit d’investissement long terme et en conséquence l’horizon de placement sera raccourci pour cette tranche de la population.  Ce produit d’investissement peut également être conseillé aux personnes ayant pour objectif d’investir dans leur résidence principale dans un horizon de 5-10 ans.

Si vous avez des questions ou remarques sur ce produit financier, n’hésitez pas à me contacter afin que l’on échange dessus.

Tous les mercredis, recevez toute l’actualité et les meilleures opportunités d’investissement sur les marchés financiers et les cryptomonnaies

Fin de l'article
Partager sur facebook
Partager
Partager sur twitter
Partager
Partager sur telegram
Partager
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur whatsapp
Partager
Partager sur email
Partager
Partager sur reddit
Reddit
Partager
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur email
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur telegram
Partager sur reddit
Adrien Rizzi
Adrien Rizzi
Titulaire d'un master en droit, Adrien s'est formé de manière autodidacte vers l'investissement immobilier et les placements financiers. Conseiller privé en gestion de patrimoine à l'heure actuelle, il saura rechercher la solution patrimoniale adaptée à votre profil et vos objectifs. Il dispose d'un réseau composé de banquiers, courtiers et experts comptables. Cliquez ici pour le contacter.
Adrien Rizzi
Adrien Rizzi
Titulaire d'un master en droit, Adrien s'est formé de manière autodidacte vers l'investissement immobilier et les placements financiers. Conseiller privé en gestion de patrimoine à l'heure actuelle, il saura rechercher la solution patrimoniale adaptée à votre profil et vos objectifs. Il dispose d'un réseau composé de banquiers, courtiers et experts comptables. Cliquez ici pour le contacter.
Autres articles
Qu’est ce que le Dollar Cost Averaging ? (DCA)

Qu’est ce que le Dollar Cost Averaging (DCA), cette stratégie utilisée par les meilleurs investisseurs ? Le Dollar Cost Averaging consiste en une stratégie d’investissement dans laquelle un investisseur découpe le montant total d’une somme à investir sur un actif en différents achats périodiques afin de réduire l’impact de la volatilité sur l’achat global.

Lire l'article

Être rappelé(e) par un conseiller

* Champ obligatoire