fbpx

Ray Dalio, sa stratégie All Weather ETF et effet de levier

all weather Ray dalio
Sommaire de l'article

Si vous avez lu le livre Money Master the Game de Tony Robbins, vous avez surement été intrigué par le portefeuille très célèbre nommé All Weather de Ray Dalio. Un portefeuille qui sur les dernières décennies n’a connu qu’une baisse de seulement 3% (en 2008) tandis que d’autres pourtant réputés également observaient des chutes de plus de 30%. Mais qu’en est-il ? Comment se compose ce portefeuille et en quoi pourrions nous nous en inspirer ? Voici un article complet sur le portefeuille All Weather de Ray Dalio.

Livre de finances personnelles
Maîtrisez vos finances en partant de 0

Guide gratuit – Les 7 étapes pour maîtriser vos finances de A à Z

Contenu sponsorisé

Qu’est-ce que le All Weather Portfolio et qui est Ray Dalio ?

Tout d’abord, nous allons examiner brièvement la composition de ce portefeuille, et pourquoi. Le All Weather Portfolio (AWP) est un portefeuille accessible au grand public qui s’inspire quelque peu du All Weather Fund, basé sur la parité des risques, du célèbre fonds spéculatif Bridgewater Associates. L’idée du portefeuille a été créée par le légendaire Ray Dalio, fondateur de Bridgewater, et a ensuite été popularisée par Tony Robbins. Ray Dalio est devenu presque un dieu dans le monde de la finance et de l’investissement, et à juste titre. Nous recommandons vivement son livre à succès Principles, ainsi que son livre plus récent Big Debt Crises.

Bridgewater est peut-être plus célèbre pour son intérêt pour les différents cycles économiques et leur analyse de la « machine économique ». Leur All Weather Fund – et par la suite le All Weather Portfolio – est conçu pour survivre à tous les environnements économiques, en utilisant différents types d’actifs qui se comportent différemment au cours de ces différentes « saisons ». À juste titre, il est le « portefeuille toutes saisons ».

Bien que Bridgewater surveille constamment le marché et l’économie, Dalio admet lui-même qu’il ne peut pas prédire l’avenir, d’où la nécessité d’un portefeuille qui atténue l’impact financier d’événements économiques inattendus, connus sous le nom de black swan. Le All Weather Portfolio devient particulièrement intéressant pendant les périodes de turbulences du marché, notamment pour les investisseurs qui ont une faible tolérance au risque et/ou qui sont principalement préoccupés par la préservation du capital.

Il est connu depuis longtemps que la diversification d’un portefeuille atténue le risque et la volatilité. Le Portefeuille All Weather semble maximiser la diversification en utilisant une variété de classes d’actifs. Cet avantage de la diversification est dû à la non-corrélation inhérente des actifs, c’est-à-dire que lorsque les actions baissent, les obligations ont tendance à monter. Ainsi, il n’est pas nécessaire d’essayer d’anticiper le marché ou de faire des suppositions.

Notez que le All Weather Portfolio tel qu’il est prescrit n’est pas basé sur une véritable parité de risque des actifs. Il est simplement le produit d’une interview entre Tony Robbins et Ray Dalio dans laquelle Dalio a suggéré que ces pondérations, sans effet de levier, seraient appropriées et faciles à gérer pour l’investisseur moyen. Dalio a même suggéré que ces pondérations « ne seraient pas exactes ou parfaites ». En toute équité, le véritable All Weather Fund de Bridgewater – dont ce portefeuille s’inspire – semble être basé sur la parité des risques des 4 saisons économiques énumérées ci-après.

Comme son nom l’indique, le All Weather Portfolio est conçu pour être capable de « résister » à toutes les tempêtes. Il utilise une diversification des classes d’actifs basée sur la saisonnalité dans le but de limiter la volatilité et les retraits. Les positions et leurs allocations correspondent à la vision de Dalio sur les « saisons » économiques. La stratégie et l’expertise de Dalio sont si répandues que l’expression « All weather » (Tous temps) est désormais utilisée pour décrire d’autres portefeuilles qui se comportent comme le sien pour survivre à n’importe quel climat économique, par exemple « investir dans un portefeuille all weather ».

Dalio propose que les quatre éléments suivants affectent la valeur des actifs :

  • L’inflation
  • La déflation
  • Croissance économique en hausse.
  • La baisse de la croissance économique.

Sur la base de ces éléments, Dalio pense que nous pouvons observer 4 « saisons » de l’économie :

  1. Une inflation plus élevée que prévu.
  2. Une inflation plus faible que prévu.
  3. Une croissance économique supérieure aux prévisions.
  4. Croissance économique plus faible que prévu.

Dalio a choisi des classes d’actifs qui ont obtenu de bonnes performances au cours de chacune de ces différentes saisons, l’objectif étant une diversification qui permet une croissance constante et de faibles baisses. Pour minimiser la volatilité, le portefeuille est principalement composé d’obligations et n’alloue que 30 % aux actions.

Allocation d’actifs du portefeuille All Weather de Ray Dalio

L’allocation d’actifs du All Weather Portfolio ressemble à ceci :

  • 30% d’actions américaines
  • 40% de bons du Trésor à long terme
  • 15% de bons du Trésor à moyen terme
  • 7,5 % de matières premières, diversifiées
  • 7,5 % d’or
schéma de l'allocation du All Weather portfolio de Ray Dalio

Comment construire le portefeuille All Weather de Ray Dalio ?

En utilisant principalement des fonds Vanguard à faible coût, nous pouvons construire le All Weather Portfolio comme ceci :

  • 30% VTI
  • 40% VGLT
  • 15% VGIT
  • 8% IAU
  • 7% PDBC

Destinés aux américains initialement, des investisseurs hors Amérique du Nord peuvent utiliser eToro pour mettre en place cette d’allocation.

Pour diversifier à l’échelle internationale avec le portefeuille All Weather ci-dessus, il suffit de remplacer VTI (FNB* Vanguard total du marché boursier américain) par VT (FNB Vanguard total du marché boursier mondial).

* FNB = Fond Négocié en Bourse.

 68% des comptes d’investisseurs particuliers perdent de l’argent en négociant des CFD avec ce fournisseur.
Vous devez savoir si vous comprenez le fonctionnement des CFD et si vous pouvez vous permettre de perdre votre argent.

Performance du portefeuille All Weather par rapport au S&P 500

En remontant jusqu’à 2002, voici la performance du All Weather Portfolio par rapport au S&P 500 jusqu’en février 2021 :

Perfromance all Weather portfolio de Ray Dalio sur le S&P 500
Source : PortfolioVisualizer.com

Comme on pouvait s’y attendre, le All Weather Portfolio a connu une volatilité deux fois moindre et, par conséquent, un rendement ajusté au risque (Sharpe) beaucoup plus élevé et des pertes nettement plus faibles. Cela montre que le All Weather Portfolio fait précisément ce qu’il est censé faire : résister à toutes les tempêtes.

Adopter le All Weather Portfolio semble interessant pour une personne proche de l’âge de la retraite ou si, pour une raison quelconque, si on ne peut absolument pas supporter mentalement et émotionnellement la volatilité et les drawdowns (ce qui est le cas pour beaucoup). L’or, les matières premières et la forte proportion d’obligations ne feraient probablement que réduire le rendement total à long terme, puisque seulement 30 % du portefeuille est composé d’actions.

Ceci étant dit, il s’agit d’un bon portefeuille « set-and-forget », ce qui le rend intéressant pour les investisseurs qui veulent ne pas avoir à s’en occuper de manière active dans le long terme.

Cependant, l’utilisation d’un effet de levier pour cette même allocation d’actifs peut améliorer considérablement les rendements tout en maintenant un niveau raisonnable de risque de portefeuille similaire à celui d’une position sans levier de 100% des actions, en fonction du montant de l’effet de levier utilisé.

Application de l’effet de levier au portefeuille All Weather

En appliquant l’effet de levier à ces mêmes allocations, vous obtenez une exposition accrue à ce qui est traditionnellement un portefeuille à faible risque et à faible volatilité. La plupart des gens ne savent pas que Dalio et Bridgewater utilisent eux-mêmes l’effet de levier dans leur fonds interne All Weather Fund. Il s’agit donc peut-être d’une solution pour un investisseur peu enclin à prendre des risques, mais qui souhaite néanmoins profiter de l’effet de levier pour tenter d’obtenir des rendements plus élevés et battre le marché.

Quelques avertissements préliminaires obligatoires :

  1. Ceci n’est pas un conseil financier. Il est uniquement destiné à des fins informatives. Les produits évoqués ci-dessous sont présentés à titre d’exemple uniquement. Il ne s’agit pas d’une recommandation d’achat, de vente ou de transaction sur l’un des produits mentionnés. Faites vos propres recherches.
  2. Les résultats passés ne sont pas garants des performances futures.
  3. Faites des recherches et lisez sur les principes fondamentaux de l’effet de levier et sur la nature des produits ETF à effet de levier avant de vous lancer aveuglément. Il peut s’agir d’un jeu potentiellement très dangereux. L’utilisation de l’effet de levier augmente le potentiel de rendement, mais aussi le potentiel de pertes. L’utilisation de l’effet de levier augmente le risque du portefeuille, et les investisseurs sont confrontés à une réelle possibilité de perdre tout l’argent investi. En ce qui concerne plus particulièrement les FNB à effet de levier, il s’agit de produits exotiques relativement nouveaux qui se comportent différemment des FNB indiciels  » ordinaires « , sans effet de levier. Faites preuve de diligence raisonnable et lisez les petits caractères.
  4. De même, ne placez pas l’ensemble de votre portefeuille dans une stratégie de ce type. Si vous voulez « jouer » avec quelque chose comme ça, faites-le avec une petite partie de votre portefeuille total, et certainement pas avec de l’argent dont vous aurez besoin à cour terme.
  5. Il existe peut-être de meilleures options. Il s’agit d’un début de discussion et d’une première itération à partir de laquelle il est possible de s’améliorer.
  6. Il s’agit simplement de prendre le portefeuille All Weather et de lui appliquer un effet de levier. Nous y reviendrons plus tard, avec des variantes utilisant les services publics à la place des matières premières.
  7. Bien sûr, l’application de l’effet de levier au All Weather Portfolio va à l’encontre de son objectif, mais la volatilité historique, le rendement et les KPI de drawdown comparés à l’indice S&P 500 et à un portefeuille 60/40 étaient beaucoup plus impressionnants que prévu. Je reviendrai sur ce point plus tard. Considérons le comme un moyen de diversifier et de limiter la volatilité et le drawdown, en partant du principe que l’on a déjà choisi d’investir avec des produits à effet de levier.
  8. Les backtests liés utilisant les matières premières ne remontent qu’à 2006. Nous pouvons voir la performance pendant la crise financière mondiale, mais pas pendant une période d’emballement comme celle de la fin des années 1970 aux États-Unis. L’importante allocation du All Weather Portfolio en obligations du Trésor à long terme l’expose toujours au risque de taux d’intérêt.
  9. Les seuls frais liés à l’or et aux matières premières peuvent constituer un frein majeur à la performance des stratégies, la contrepartie étant la diversification supplémentaire, la protection contre les baisses de cours et la réduction de la volatilité. Ils ne sont probablement pas responsables des rendements réels des stratégies. Le jeu en vaut-il la chandelle ?
  10. Cela nécessiterait une maintenance régulière sous forme de rééquilibrage, car les allocations peuvent s’écarter rapidement. Une fois par trimestre devrait suffire. Nous en parlerons à la fin de l’article

Les ETF à effet de levier ne sont-ils pas inadaptés à une détention à long terme ?

De nombreux articles critiquent l’idée de détenir des ETF à effet de levier pendant plus d’une journée et affirment qu’ils ne devraient être utilisés que pour des transactions intrajournalières.

Cependant, l’idée que les ETF à effet de levier ne conviennent pas à une détention à long terme est un discours alarmiste parfois exagéré qui s’est perpétué à tort après que la blogosphère financière a repris à son compte le terme effrayant de « décroissance de la volatilité ».

La « décroissance de la volatilité » semble être une mauvaise chose, mais la considérer comme telle est simplement une mauvaise compréhension de ce qu’elle est réellement et de ses mécanismes sous-jacents. Si vous êtes curieux de voir les mathématiques, consultez cette page.

Cette même « décroissance » joue en fait en votre faveur lorsque le marché monte avec un momentum décent, ce qu’il fait plus souvent qu’il ne descend. C’est pourquoi l’UPRO, l’ETF S&P à effet de levier 3x, a fourni près de 5 fois les rendements du SPX depuis sa création, au lieu des 3x proposés.

En bref, l’effet de levier peut effectivement être dangereux dans certaines situations, mais peut être utile dans d’autres.

Portefeuille All Weather à effet de levier x2

Voici donc le portefeuille utilisant un effet de levier x2 :

30% SSO – S&P 500 x2
40% UBT – Trésorerie LT x2
15% UST – Trésorerie IT x2
7,5% DIG – Pétrole et gaz x2
7,5% UGL – Or x2

Vous pouvez créer ce portefeuille sur eToro, mais restez à l’écoute de la variation car les matières premières (DIG) restent à surveiller.

Utiliser des services publics plutôt que des matières premières (et FPI)

Les matières premières ont été utilisées dans le passé pour leur prétendue diversification, en raison de leur faible corrélation inhérente au marché boursier total. Il en va de même pour l’immobilier (FPI).

Les matières premières sont des matériaux comme l’or, le pétrole, le cuivre, le bétail, l’agriculture, etc. Leur valeur dépend de leur utilisation dans la production et est directement liée à l’offre et à la demande. Toute position sur les matières premières est donc un pari sur l’avenir à court terme, plutôt que sur la croissance à long terme associée aux actions, obligations, immobilier, etc. Ainsi, les investisseurs se sont historiquement tournés vers les matières premières comme couverture contre l’incertitude.

Malheureusement, les matières premières elles-mêmes sont imprévisibles de par leur nature. Les récoltes vont mal. Le temps change. Les politiques macroéconomiques changent. Des alternatives à des choses comme le cuivre sont trouvées. La propriété, le stockage et le transport des produits augmentent les coûts.

Puisque l’actionnariat est une créance sur les bénéfices futurs d’une entreprise, et qu’une obligation est une obligation contractuelle entre un prêteur et un emprunteur, les paiements d’intérêts vont de ce dernier vers le premier. La propriété d’une marchandise n’est pas créatrice de valeur ; elle n’implique aucun revenu ou flux de trésorerie et est simplement un pari sur la production et/ou la consommation à ce moment-là.

Les matières premières sont évidemment utiles à votre vie quotidienne, mais pas en tant qu’investissement sur les marchés de valeurs mobilières. Considérez la possession d’un fonds de matières premières comme le simple paiement de leur stockage quelque part. Avec les progrès technologiques, nous nous attendrions à ce que les prix des matières premières baissent ou restent stables à long terme. Après les frais (les fonds de matières premières sont chers), les matières premières sont probablement en train de perdre face à l’inflation. Et en effet, historiquement, les matières premières ont eu des rendements réels négatifs au cours des 100 dernières années.

Essentiellement, même dans des environnements inflationnistes, les investisseurs ont historiquement été mieux lotis à long terme en détenant à peu près tout autre chose que les matières premières. Et nous avons maintenant des actifs comme les FPI, les TIPS, etc. comme alternatives. Même un fonds aurifère étroit devrait être un meilleur choix que les matières premières au sens large. Les matières premières peuvent offrir un avantage de diversification minime pour réduire la volatilité et le risque, mais nous voulons toujours que nos diversificateurs aient des rendements futurs attendus positifs .

Andrew Tobias, dans The Only Investment Guide You’ll Ever Need , soutient que « c’est un fait que 90 % de toutes les personnes qui jouent au jeu des matières premières sont brûlées. »

Au cours des 20 dernières années, le secteur des services publics a eu la plus faible corrélation avec le marché boursier total de tous les secteurs, inférieur à celle des matières premières et des FPI. Pourtant, les FPI et les matières premières sont toutes les deux traitées comme des catégories à part entière et sont utilisées comme diversificateurs, tandis que les services publics sont simplement mis sous le joug des actions puis oubliés.

En utilisant des données remontant à 2006, jusqu’en 2019, les résultats corroborent cette idée. Voici un test de 3 portefeuilles en utilisant 90% du marché boursier total et 10% en utilisant respectivement les services publics, les matières premières et les FPI. Les services publics ont fourni la volatilité la plus faible, le rendement le plus élevé et le rendement ajusté au risque le plus élevé :

Performances services publics vs matières premières vs FPI
Bleu : services publics ; Rouge : matières premières ; Jaune : FPI / Source : portfoliovisualizer.com

Voici d’autres éléments macroéconomiques à prendre en compte :

  • Nous aurons toujours besoin d’énergie sous une forme ou une autre, qu’il s’agisse d’énergie solaire, éolienne, de gaz naturel, etc.
  • Les coûts d’exploitation des services publics sont répercutés sur le contribuable.
  • La demande de services publics reste relativement constante (on dit qu’elle est non cyclique ), ce qui est une raison importante pour laquelle les services publics se comportent relativement bien pendant les ralentissements du marché.
  • Peut-être plus important encore, l’utilisation des services publics au lieu des FPI vous permet d’éviter le risque idiosyncratique et non compensé du marché immobilier.
  • De tous les secteurs, les services publics sont les moins expliqués par les facteurs d’actions connus qui expliquent les différences de rendement entre les portefeuilles diversifiés. Leur ratio R-carré (définition R-carré ou R2) est notablement inférieur à celui des FPI :
secteur facteur analyse Ray Dalio, sa stratégie All Weather ETF et effet de levier
Source : Kizer, Jared and Grover, Sean, Are REITs a Distinct Asset Class? (December 6, 2017), document d’analyse (en anglais)

Ainsi, au moins pour la tranche relativement petite de 7,5% du portefeuille All Weather de Ray Dalio, les services publics seraient un bon remplacement (et probablement meilleur) des matières premières.

Voici comment ce portfolio aurait fonctionné historiquement :

évolution du portefeuille All Weather avec les services publics UTIL
Source : PortfolioVisualizer.com

Remarquez comment l’AWP(All Weather Portfolio) avec UTIL (utilitaires, services publics) bat l’AWP « normal » sur presque toutes les métriques.

Ainsi, voici le portefeuille avec effet de levier x2 et les services publics remplaçant les matières premières :

40% UBT – Trésorerie LT x2
15% UST – Trésorerie IT x2
7,5% UTIL – 2x services publics x2
7,5% UGL – Or x2

Pour ceux qui veulent le portefeuille All Weather sans effet de levier utilisant des utilitaires au lieu de matières premières, voici une allocation :

30 % VTI
40 % VGLT
15 % VGIT
8 % VPU
7 % IAU

All Weather à effet de levier x3 avec services publics

Voici une stratégie utilisant UTSL (= 3x Utilities) à la place des matières premières. Etrangement, enfin non, intéressant ! Cet effet de levier peut en fait être un meilleur choix compte tenu du test ci-dessous.

30% UPRO — S&P 500 x3

40% TMF — Trésorerie LT x3

15% TYD — Trésorerie IT x3

7,5% UTSL — Services publics x3

7.5% UGL — Or x2 *

* Remarque : avec les turbulences sur les marchés, le Credit Suisse a annoncé en 2020 qu’il prévoyait de retirer certains de ses ETN VelocityShares™ à effet de levier x3, y compris UGLD (Or x3). En l’absence d’autres fonds Or x3 disponibles, le prochain choix logique serait UGL, l’ETF Or x2 de ProShares. Gardez à l’esprit que l’or est déjà un actif très volatile, donc cela ne devrait pas trop gâcher quoi que ce soit étant donné qu’il n’a qu’une allocation de 7,5%. Cela modifiera légèrement les allocations du portefeuille de parité de risque à effet de levier à la fin de cet article.

Voici ci-dessous des tests de comportement historiques de ces ETF avec effet de levier x3. Cela tient compte de leur réinitialisation quotidienne, des frais et des coûts d’emprunt, de sorte que les rendements indiqués sont « nets » de ces éléments.

Le test ci-dessous compare les versions x1 (dite « normale »), x2 et x3 du portefeuille All Weather, les 3 versions utilisant les services publics au lieu de matières premières et toutes utilisant UGL (x2 d’or) puisqu’un ETF x3 d’or n’est plus disponible. Il remonte à 1987 et se déroule jusqu’en février 2021 :

Comparaison graphique des performances de AWP en version x1, x2 et x3
Source : PortfolioVisualizer.com

Fait intéressant, le rendement ajusté au risque de chaque version (= Sharpe, définition) était identique et supérieur à celui du S&P 500. Les versions x2 et x3 de l’AWP ci-dessus ont des rendements généraux et ajustés au risque plus élevés que le S&P 500, donnant évidemment une plus grande volatilité.

Répondre aux préoccupations concernant les obligations

Il est fréquent que les gens se posent des questions sur l’utilisation, l’utilité et la viabilité des obligations qui constituent une partie importante du portefeuille All Weather. Nous allons tenter brièvement d’apaiser ces préoccupations.

Les commentaires courants de nos jours sur les obligations incluent :

« Les obligations sont inutiles et à faible rendement ! »

« Les obligations sont pour les personnes âgées ! »

« Les obligations longues sont trop volatiles et trop sensibles au risque de taux d’intérêt ! »

« Les obligations d’entreprises paient plus ! »

« Les taux d’intérêt ne peuvent qu’augmenter à partir d’ici ! Les obligations seront grillées ! »

« Les obligations rapportent moins que les actions ! »

Alors pourquoi utiliser des obligations ?

  1. La durée de l’obligation doit correspondre à peu près à l’horizon d’investissement, période pendant laquelle une obligation doit restituer sa valeur nominale plus les intérêts. Parier sur des obligations à plus court terme « plus sûres » et dont la durée est inférieure à votre horizon d’investissement pourrait être décrit comme une synchronisation du marché, qui ne peut pas être rentable de manière cohérente. Il s’agit également d’un pari potentiellement plus coûteux, car les rendements ont tendance à augmenter à mesure que nous allongeons la durée des obligations. Les obligations longues contrebalancent mieux les krachs boursiers. Voir le second point.
  2. De plus, en ce qui concerne la durée des obligations, nous savons que le market timing ne fonctionne pas avec les actions, alors pourquoi penserions-nous que cela fonctionne avec les obligations et les taux d’intérêt ? Les obligations ont des rendements et des paiements d’intérêts. La duration (oui oui, on dit bien duration) d’une obligation est le point auquel le risque de prix et le risque de réinvestissement – ​​les composantes de ce que nous appelons le risque de taux d’intérêt d’une obligation  – sont équilibrés. En ce sens, bien que cela puisse sembler contre-intuitif, l’adaptation de la durée des obligations à l’horizon d’investissement réduit le risque de taux d’intérêt et le risque d’inflation pour l’investisseur. Une augmentation des taux d’intérêt et une baisse subséquente du prix d’une obligation constituent un risque de prix. Une baisse des taux d’intérêt signifie que les coupons futurs sont réinvestis au taux inférieur ; c’est le risque de réinvestissement. La duration d’une obligation est une estimation du point précis auquel ces deux risques s’équilibrent à zéro. Si vous avez un horizon d’investissement long et une durée d’obligation courte, vous avez plus de risque de réinvestissement et moins de risque de prix. Si vous avez un horizon d’investissement court et une durée d’obligation longue, vous avez moins de risque de réinvestissement et plus de risque de prix. Utiliser délibérément l’une de ces inadéquations dans l’attente d’un mouvement spécifique des taux d’intérêt, c’est parier que votre prédiction de l’avenir est meilleure que celle du marché, ce qui nous le savons est une illusion.
  3. Il est faux de dire que les obligations doivent nécessairement perdre de l’argent dans un environnement de hausse des taux. Les obligations ne souffrent de la hausse des taux d’intérêt que lorsque ces taux augmentent plus rapidement que prévu. Les obligations gèrent très bien les augmentations de taux faibles et lentes.
  4. Les nouvelles obligations achetées par un fonds indiciel obligataire dans un environnement de taux en hausse seront achetées au taux le plus élevé, tandis que les anciennes au taux inférieur précédent seront vendues. Vous n’êtes pas coincé avec le même rendement pour tout votre horizon de placement.
  5. Nous savons que les bons du Trésor sont un moyen de diversification objectivement supérieur aux actions par rapport aux obligations d’entreprises. Il a été noté que ce degré plus élevé de non-corrélation entre les obligations du Trésor et les actions est commodément amplifié pendant les périodes de turbulences sur les marchés, que les chercheurs ont appelées alpha de crise .
  6. Encore une fois, rappelez-vous que nous avons besoin et que nous voulons une plus grande volatilité des obligations à long terme afin qu’elles puissent plus efficacement contrer le mouvement à la baisse des actions, qui sont plus risquées et plus volatiles que les obligations. Nous les utilisons pour réduire la volatilité et le risque du portefeuille. En bref, des actifs plus volatils font de meilleurs diversificateurs. Ray Dalio semble être l’un des rares à vraiment comprendre cela. Les concepteurs de nombreux autres portefeuilles paresseux utilisent souvent des obligations courtes ou intermédiaires, dont la contribution à la volatilité est dérisoire par rapport à celle des actions.
  7. Celui-ci est probablement le plus important. On ne parle pas d’obligations détenues isolément, ce qui serait probablement un mauvais investissement. On en parle dans le cadre d’un portefeuille diversifié au côtés des actions, pour lesquelles ils restent l’actif de fuite vers la sécurité lors des baisses boursières. S’ils ont certes fortement stimulé les rendements de cette stratégie au cours des 40 dernières années alors que les taux d’intérêt baissaient, un environnement de taux d’intérêt bas ne signifie pas soudainement que les obligations cessent de faire leur travail. Même si la hausse des taux signifie que les obligations sont un moyen de diversification comparativement pire (que les actions) en termes de rendements futurs attendus au cours de cette période, cela ne signifie pas qu’elles sont de mauvais diversificateur dont il faut se priver.
  8. De même, les baisses à court terme des prix des obligations ne signifient pas que les obligations ne font toujours pas leur travail d’amortissement des baisses des actions.
  9. Historiquement, lorsque les obligations du Trésor évoluaient dans la même direction que les actions, elles étaient généralement en hausse .
  10. Les taux d’intérêt devraient rester bas pendant un certain temps. De plus, il n’y a aucune raison de s’attendre à ce que les taux d’intérêt augmentent simplement parce qu’ils sont bas. Les gens prétendent que « les taux ne peuvent qu’augmenter » depuis une vingtaine d’années et ils ne l’ont pas fait. Ils ont diminué progressivement au cours des 700 dernières années sans retour à la moyenne.
  11. La convexité des obligations signifie que leur profil risque/rendement asymétrique favorise la hausse du rendement.
  12. Nous savons qu’il y a eu de nombreuses périodes où la prime de risque du marché était négative, c’est-à-dire que les bons du Trésor, à 1 mois, ont battu le marché boursier (les 15 ans de 1929 à 1943, les 17 ans de 1966 à 1982 et les 13 ans à partir de 2000-12). Largement hors de propos, mais juste quelques statistiques amusantes pour les personnes qui, pour une raison quelconque, pensent que les actions surpassent toujours les obligations.

David Swensen l’a bien résumé dans son livre Unconventional Success :

« La pureté des obligations du Trésor non remboursables, à long terme et sans défaut fournit la diversification la plus puissante aux portefeuilles des investisseurs. »

Ok, les obligations se déchaînent. Si vous ressentez toujours une certaine objection, la section suivante peut proposer des solutions.

Réduire la volatilité et les pertes et se couvrir contre l’inflation et la hausse des taux

Il est peu probable que l’un des éléments suivants améliore le rendement total du portefeuille, et si oui ou non ils amélioreront le rendement ajusté en fonction du risque est à débattre, mais ceux qui sont préoccupés par l’inflation, la hausse des taux, la volatilité, les pertes, etc… et/ou la capacité future des obligations longues à servir de parachute peut permettre de se diversifier un peu plus avec certaines des options suivantes :

  • LTPZ – TIPS à long terme (obligations indexées sur l’inflation)
  • SCHP – CONSEILS intermédiaires
  • VTIP – CONSEILS courts
  • FNCL – Financières (les banques ont tendance à bien se débrouiller lorsque les taux d’intérêt augmentent parce qu’elles gagnent plus d’argent sur les prêts)
  • FAS – Financiers x3
  • VWO – Marchés émergents (se diversifier en dehors des États-Unis)
  • EDC – Marchés émergents x3
  • MCHI – Chine (faiblement corrélé aux États-Unis)
  • YINN – Chine x3
  • VNQ – FPI (avantages discutables de diversification des « actifs réels »)
  • DRN – FPI x3

Ce que nous pouvons dire à propos de l’utilisation massive d’obligations dans le portefeuille, c’est que la hausse des taux entraînerait des rendements inférieurs pour ce portefeuille à l’avenir par rapport à ce qu’il a vu dans le passé, même si les obligations contribuent toujours à réduire la volatilité et le risque. Les investisseurs peuvent atténuer ce risque d’inflation en utilisant des TIPS, des actions internationales et peut-être une partie d’obligations nominales utilisant des obligations longues et des obligations courtes (au lieu des obligations longues et intermédiaires prescrites), car les obligations courtes constituent une « couverture » décente contre l’inflation puisque les nouvelles obligations ayant un prix plus élevé, les taux peuvent être lissés plus rapidement.

Alors que l’or et les matières premières au sens large aideraient presque certainement « mieux » à surmonter une période d’inflation que les actions et les obligations nominales, il est difficile d’avoir totalement confiance en ces actifs comme véritable « couverture » ​​contre l’inflation. Il serait plus intéressant d’utiliser plutôt d’autres actifs comme les TIPS et les obligations courtes. Les TIPS n’étaient même pas encore là lorsque Dalio a proposé pour la première fois les composants du portefeuille All Weather.

Intervalle de rééquilibrage optimal

Un rééquilibrage régulier est nécessaire avec n’importe lequel de ces portefeuilles à effet de levier, car les fonds à effet de levier s’écarteront probablement rapidement de leurs allocations cibles. Ci-dessous, voici la comparaison des métriques historiques de différents intervalles de rééquilibrage (annuel, semestriel, trimestriel et mensuel) pour la version 3x avec services publics pour la période 1987-2019 :

INTERVALLETCACSAINT-DEV.TIRAGE MAXIMUMSHARPE
Annuellement22,53%22,71%-39,72 %0,88
Semestriellement22,23 %21,90%-38,23 %0,89
Trimestriel23,17%21,69 %-40,37%0,93
Mensuel22,06 %21,52%-44,34%0,90

Comme soupçonné, le rééquilibrage trimestriel a donné les meilleurs résultats historiques avec une marge décente, et serait probablement le meilleur choix à l’avenir.

Conclusion

Si nous devions mettre en œuvre l’une de ces versions à effet de levier, la meilleure serait probablement la x3 en utilisant les services publics. Tout en le surveillant trimestriellement.

Cela ne signifie pas que vous devriez le copier aveuglément. Comme énoncé plus tôt, évaluez vos propres facteurs personnels avant de vous lancer dans des fonds à effet de levier. L’acceptation de plus de risques, en particulier avec l’utilisation de l’effet de levier, vous donne le potentiel de plus de récompenses, mais aussi le potentiel de pertes plus importantes.

Dans tous les cas, il faut se désendetter au fur et à mesure que le temps passe. Si vous avez un horizon temporel plus court, si vous n’avez pas l’estomac pour un effet de levier (ce qui est le cas de la plupart des gens), ou si vous ne vous souciez tout simplement pas de ces trucs d’effet de levier plus compliqués, le « normal », All Weather Portfolio « originel » est très bien. Comme expliqué, échanger les matières premières contre les services publics semble plus intéressant du fait des nombreux facteurs enoncés plus haut.

Cependant il va sans dire que toutes les options à effet de levier ci-dessus ne sont pas idéales pour un compte imposable, en raison de la nécessité d’un rééquilibrage régulier.

Alors, lequel choisirez-vous ? Les récentes turbulences du marché vous ont-elles amené à réévaluer votre véritable tolérance au risque et à envisager une approche « All Weather » ? Dites-moi ce que vous en pensez dans les commentaires et ce que vous avez pensé de cet article.

Formation Bourse

Si vous débutez et que l’investissement en bourse long terme vous intéresse, Le Journal de l’Investisseur lance sa première formation intitulée « Construire un Portefeuille d’Investissement Boursier Long Terme ». Cette formation est destinée aux débutants mais peut aussi permettre aux investisseurs plus expérimentés de reprendre les bases de l’investissement en bourse avec un objectif long terme. De plus elle est totalement finançable par eToro : voir la formation.

Livre de finances personnelles
Maîtrisez vos finances en partant de 0

Guide gratuit – Les 7 étapes pour maîtriser vos finances de A à Z

Contenu sponsorisé

Disclaimer

Les performances passées ne sont pas indicatives des résultats futurs. Différents types d’investissements impliquent des degrés de risque variables, et rien ne garantit que la performance future d’un investissement spécifique, d’une stratégie d’investissement ou d’un produit sera rentable, égalera tout niveau de performance historique indiqué correspondant, ou conviendra à votre portefeuille.

En raison de divers facteurs, notamment l’évolution des conditions du marché, le contenu peut ne plus refléter les opinions ou positions actuelles. En outre, vous ne devez pas supposer que les discussion ou information contenue dans cet article remplace des conseils d’investissement personnalisés. Dans la mesure où un lecteur a des questions concernant l’applicabilité d’un sujet spécifique discuté ci-dessus à sa situation individuelle, il est encouragé à consulter le conseiller professionnel de son choix.

Fin de l'article
Partager
Partager
Partager
LinkedIn
Partager
Partager
Reddit
Partager
Adrien Lever
Adrien Lever
Adrien est rédacteur pour le Journal de l'investisseur. De formation ingénieur et investisseur depuis plusieurs années, il se passionne par les finances personnelles, le développement de soi et l'univers des crypto-monnaies. Il travaille en collaboration avec des gestionnaires de patrimoine, avec des experts en fiscalité, traders et assureurs.
Adrien Lever
Adrien Lever
Adrien est rédacteur pour le Journal de l'investisseur. De formation ingénieur et investisseur depuis plusieurs années, il se passionne par les finances personnelles, le développement de soi et l'univers des crypto-monnaies. Il travaille en collaboration avec des gestionnaires de patrimoine, avec des experts en fiscalité, traders et assureurs.
Autres articles
Tesla rejoint les "trillion dollar cap"
Tesla rejoint les « trillion dollar cap »

Les actions du constructeur de véhicules électriques ont franchi plusieurs étapes au cours des deux dernières semaines dans un contexte d’abondance de nouvelles positives, atteignant notamment une valeur de marché rare de 1 000 milliards de dollars lundi 25 Octobre 2021. Cela a contribué à renforcer le sentiment des investisseurs, qui parient sur le potentiel de croissance rapide de Tesla à mesure que les véhicules électriques se généralisent et finissent par remplacer les voitures à essence.

Lire l'article
Couverture de Livre de Finances Personnelles

Patrimoine

Le secret d'une retraite à 500'000€

Guide offert 🎁

Guide Débutant
Ouvrir un wallet

Fichier .pdf à télécharger gratuitement

* Champ requis

360

L'investissement

La newsletter

Opportunités, analyses, guides, tout le contenu pour booster et maitriser vos finances personnelles

* champ requis

Guide Débutant
Ouvrir un wallet Tezos

Fichier .pdf à télécharger gratuitement

* Champ requis