fbpx

Prestation compensatoire – Comment réduire son impôt grâce à la prestation compensatoire ?

Prestation Compensatoire
Sommaire de l'article

La prestation compensatoire permet d’effacer les déséquilibres financiers causés par le divorce dans les conditions de vie des ex-époux. Un traitement fiscal particulier lui est consacré. Il est possible à certaines conditions de bénéficier d’une réduction d’impôt. 

Champ d’application de la prestation compensatoire

La réduction d’impôt concerne les seules personnes physiques qui sont fiscalement domiciliées en France. 

L’assiette de la réduction d’impôt sur le revenu ne peut faire l’objet d’une simple évaluation par le contribuable lorsque la prestation compensatoire est versée sous une autre forme que du numéraire. Ainsi, seules ouvrent droit à l’avantage fiscal, dans la limite du plafond de 30 500 euros, les prestations compensatoires dont la valeur est expressément fixée dans la convention de divorce homologuée par le juge ou dans le jugement de divorce.

Le bénéfice de la réduction d’impôt est applicable aux versements en numéraire, mais aussi de l’attribution de biens en propriété ; de l’attribution d’un droit temporaire ou viager d’usage, d’habitation ou d’usufruit. Le bénéfice de la réduction d’impôt sur le revenu est également étendu aux conversions de rentes en capital versé dans les douze mois du jugement.

Lorsque le capital en numéraire est libéré sur une période supérieure à douze mois ou lorsque la prestation compensatoire est servie sous forme de rentes, les versements suivent en revanche le régime des pensions alimentaires. Ils sont par conséquent déductibles pour le débiteur et imposables au nom du bénéficiaire.

Détermination de la prestation compensatoire

Le traitement est différent pour le débiteur et pour le créancier de la prestation compensatoire. 

Le débiteur de la prestation compensatoire qui s’acquitte de son obligation en numéraire sur une période au plus égale à douze mois à compter de la date à laquelle le jugement est passé en force de chose jugée bénéficie d’une réduction d’impôt sur le revenu égale à 25 % du montant fixé par le juge, retenu dans la limite de 30 500 euros.

Les sommes perçues par le créancier ne sont pas imposables à l’impôt sur le revenu, mais donnent lieu à application d’un droit fixe de 125 euros lorsque le versement est effectué au moyen d’immeubles ou de droits réels immobiliers. 

Fin de l'article
Partager sur facebook
Partager
Partager sur twitter
Partager
Partager sur telegram
Partager
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur whatsapp
Partager
Partager sur email
Partager
Partager sur reddit
Reddit
Partager
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur email
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur telegram
Partager sur reddit
Autres articles
Merchant Token (MTO) : Update Octobre 2021
Merchant Token (MTO) : Update Octobre 2021

La cotation du Merchant Token sur WhiteBit est prévue pour le 11 octobre 2021. Une énorme campagne de marketing est prévue pour l’événement. Découvrez toute l’actualité du MTO dans ce rapport du mois d’Octobre 2021.

Lire l'article

Être rappelé(e) par un conseiller

* Champ obligatoire