fbpx

Prestation compensatoire – Comment réduire son impôt grâce à la prestation compensatoire ?

Prestation compensatoire – Comment réduire son impôt grâce à la prestation compensatoire ?

Prestation Compensatoire
Sommaire de l'article

La prestation compensatoire permet d’effacer les déséquilibres financiers causés par le divorce dans les conditions de vie des ex-époux. Un traitement fiscal particulier lui est consacré. Il est possible à certaines conditions de bénéficier d’une réduction d’impôt. 

Champ d’application de la prestation compensatoire

La réduction d’impôt concerne les seules personnes physiques qui sont fiscalement domiciliées en France. 

L’assiette de la réduction d’impôt sur le revenu ne peut faire l’objet d’une simple évaluation par le contribuable lorsque la prestation compensatoire est versée sous une autre forme que du numéraire. Ainsi, seules ouvrent droit à l’avantage fiscal, dans la limite du plafond de 30 500 euros, les prestations compensatoires dont la valeur est expressément fixée dans la convention de divorce homologuée par le juge ou dans le jugement de divorce.

Le bénéfice de la réduction d’impôt est applicable aux versements en numéraire, mais aussi de l’attribution de biens en propriété ; de l’attribution d’un droit temporaire ou viager d’usage, d’habitation ou d’usufruit. Le bénéfice de la réduction d’impôt sur le revenu est également étendu aux conversions de rentes en capital versé dans les douze mois du jugement.

Lorsque le capital en numéraire est libéré sur une période supérieure à douze mois ou lorsque la prestation compensatoire est servie sous forme de rentes, les versements suivent en revanche le régime des pensions alimentaires. Ils sont par conséquent déductibles pour le débiteur et imposables au nom du bénéficiaire.

Détermination de la prestation compensatoire

Le traitement est différent pour le débiteur et pour le créancier de la prestation compensatoire. 

Le débiteur de la prestation compensatoire qui s’acquitte de son obligation en numéraire sur une période au plus égale à douze mois à compter de la date à laquelle le jugement est passé en force de chose jugée bénéficie d’une réduction d’impôt sur le revenu égale à 25 % du montant fixé par le juge, retenu dans la limite de 30 500 euros.

Les sommes perçues par le créancier ne sont pas imposables à l’impôt sur le revenu, mais donnent lieu à application d’un droit fixe de 125 euros lorsque le versement est effectué au moyen d’immeubles ou de droits réels immobiliers. 

Fin de l'article
Rejoignez la communauté

Ne manquez plus une bonne opportunité d’investir ou de se former

* Champ requis

Maitrisez les bases de la fiscalité française en 45 pages
Share on facebook
Partager
Share on linkedin
Partager
Share on facebook
Partager
Share on linkedin
Partager
Laura Eouagnignon
Laura Eouagnignon

Laura Eouagnignon est l'une des autrices du Journal de l'Investisseur. Juriste en droit des affaires, elle s'est spécialisée dans le droit fiscal au sein de l'université Paris II Panthéon - Assas.
Elle accompagne les entreprises et les particuliers dans l'optimisation de leur fiscalité.

Laura travaille en partenariat avec les conseillers du JDI sur l'aspect fiscal.

Prendre rendez-vous avec un conseiller du JDI

(30 minutes d’analyse personnalisée et de conseils sur votre situation)

Autres articles
Les 10 règles d’or universelles pour investir en bourse

Nous le savons, le marché boursier peut être un endroit fascinant mais effrayant. Bien qu’il soit  synonyme d’opportunités et de profits importants pour certains, il peut représenter un investissement risqué, que ce soit pour les experts financiers ou pour ceux qui ont des stratégies d’investissement conservatrices. Cependant, même si les investissements boursiers peuvent s’avérer risqués lorsque l’on applique aucune stratégie et que l’on investit au hasard, il est possible pour tout un chacun de participer avec succès à cet univers en suivant quelques conseils de base et quelques paroles de sagesse. Ainsi, je vous propose de retrouver mes 10 règles d’or universelles pour

Lire l'article
Laura-cofondatrice
Laura Eouagnignon

Laura Eouagnignon est l’une des autrices du Journal de l’Investisseur. Juriste en droit des affaires, elle s’est spécialisée dans le droit fiscal au sein de l’université Paris II Panthéon – Assas.
Elle accompagne les entreprises et les particuliers dans l’optimisation de leur fiscalité.

Laura travaille en partenariat avec les conseillers du JDI sur l’aspect fiscal.

Prendre rendez-vous avec un conseiller du JDI

(30 minutes d’analyse personnalisée et de conseils sur votre situation)

Autres articles
Anaxago : que penser de l'un des leaders français du crowdfunding ?
Anaxago : que penser de l’un des leaders français du crowdfunding ?

Anaxago est une plateforme de crowdfunding qui met en relation des entreprises qui ont des besoins de financement avec des investisseurs qui ont une capacité de financement. Anaxago, ce sont 35 collaborateurs, plus de 250 entreprises financées et plus de 250 000 000 d’euros collectés depuis la création de l’entreprise en 2012.

Lire l'article
LMNP
LMNP – Comment optimiser votre fiscalité grâce au statut Loueur Meublé Non Professionnel (LMNP) ?

Le statut de loueur en meublé non professionnel (LMNP) n’est ni une loi ni un régime fiscal, mais un dispositif qui permet de réduire l’impôt payé sur les revenus immobilier par le biais de l’amortissement. Il concerne les contribuables qui mettent en location des biens meublés et dont les loyers annuels ne dépassent pas 23 000€ ou 50% de leurs revenus. Les revenus provenant de la location meublée sont imposés dans la catégorie des Bénéfices Industriels et Commerciaux (BIC).

Lire l'article

Être rappelé(e) par un conseiller

* Champ obligatoire